Catégories
Comment écrire ?

10 + 1 astuces pour écrire plus vite votre biographie

Ecrire multi-tâche

Je ne suis pas du tout une adepte du « toujours plus vite ». Ni de la course au record…

Cela ne m’empêche pas d’essayer de rédiger plus rapidement et d’éviter de dilapider des heures précieuses.

Pour mieux me consacrer à l’essentiel : le sens de ce que j’écris.

Voici mes 10 astuces + 1 pour augmenter votre vitesse de rédaction.

Et gagner du temps pour écrire le livre de votre vie ou de votre famille 🙂

[emember_protected]

1. Développez votre agilité

Saviez-vous que vous n’avez pas besoin de taper comme une dactylo pour écrire vite ?

D’après une étude récente, il est possible d’être aussi rapide avec 5 doigts qu’avec 10.

Bonne nouvelle, non ?

Trois conditions semblent toutefois nécessaires :

  • utiliser systématiquement les mêmes doigts pour les mêmes touches ;
  • être capable d’anticiper le mouvement suivant ;
  • limiter le plus possible le déplacement des mains.

À vos claviers !

 

 2. Essayez un « développeur de texte »

Certains logiciels vous aident à rédiger plus vite :

Pour éviter d’écrire en entier les mots que vous employez souvent, ils vous permettent d’utiliser des abréviations.

Une fois paramétré, le logiciel remplace ces abréviations par les mots voulus.

Par exemple, vous pouvez lui demander de transformer SG en Saint-Germain-de-Tallevende-la-Lande-Vaumont (une ancienne commune du Calvados 😉 ) ou GMP en grand-mère paternelle.

C’est « magique » ! C’est surtout facile à mettre en place et si pratique !

 

3. Écrivez le plus souvent possible

On ne le répétera jamais assez : plus on écrit souvent, plus on écrit facilement. C’est comme tout ! Rien ne vaut l’entraînement et la régularité. Mieux vaut pratiquer quelques minutes tous les jours qu’une fois par mois pendant des heures.

Écrire vous demandera alors de moins en moins d’efforts, vous gagnerez donc un temps précieux. De plus, vous développerez votre style.

Faites de l’écriture une habitude !

 

4. Quand vous arrêtez d’écrire, notez où vous en êtes…

Avant de fermer votre logiciel de traitement de texte ou votre cahier, indiquez où vous en êtes.

Concrètement, je mets un gros ICI en rouge à l’endroit où mon texte s’interrompt, pour m’y rendre rapidement lorsque j’ouvre mon fichier.

Si vous utilisez un cahier, vous pouvez coller un post-it ou écrire ce ICI au crayon de papier, par exemple.

Je note aussi, à côté, ce par quoi je vais commencer la prochaine fois. Par exemple : « Reprendre par l’anecdote de la barque ».

Adieu l’angoisse de la page blanche, vous vous remettez à écrire sans vous torturer les sens pour savoir que dire.

 

5. …et attrapez votre carnet

Quand vous arrêtez d’écrire, veillez également à garder un carnet tout près de vous. Car si la main n’est plus en mouvement, le cerveau, lui, continue à turbiner quelques instants ! « Et si je parlais de ça ? », « Oh, et ce souvenir qui me revient ! », « Il faudra que j’ajoute ce détail »…

carnet de notes pour écrire

Notez, notez. Toutes ces idées et pensées ne seront pas forcément bonnes à garder, mais au moins vous ne perdrez pas de temps (ni d’énergie) à essayer de les retrouver. Sans compter que vous allégez votre esprit !

 

6. Cherchez la concentration-plaisir

« Quoi de neuf sur mon réseau social préféré ? », « Et si je regardais la météo de demain ? », « Il faut que je pense à acheter du lait », etc., etc.

Rester concentré n’est pas toujours facile. C’est même de plus en plus difficile, compte tenu de tous les outils et sollicitations numériques qui se proposent à nous… et abîment encore plus nos capacités d’attention.

Voici quelques pistes pour passer de la concentration-effort à la concentration-plaisir. Ce moment où l’on est pleinement investi et heureux dans ce qu’on fait, en oubliant le reste !

  • Repérez les sources de distraction internes (les pensées, les émotions) qui vous envoient des PAM (« Propositions d’Action iMmédiate »), selon l’expression de Jean-Philippe Lachaux. Et ne les laissez pas vous contrôler !
  • Faites en sorte de ne pas être dérangé. Je sais bien que nous subissons une pression sociale nous demandant d’être joignables tout le temps et de répondre immédiatement… Mais doit-on toujours s’y conformer ?
  • Désactivez les notifications et autres alarmes émises par votre ordinateur, votre téléphone portable…
  • Donnez des récompenses à votre cerveau. Car il aime ça ! Jean-Philippe Lachaux recommande de se fixer des mini-missions Claires, Concrètes et à Court terme (CCC). C’est un moyen de « réussir régulièrement ce que l’on entreprend et de stimuler ainsi le circuit de récompense ».

 

7. Dissociez les phases de travail

multitâche

Ne menez pas simultanément deux actions sollicitant des fonctions/régions différentes de votre cerveau. L’idée est de faire une seule chose à la fois, pour la faire bien.

Séparez :

  • Les recherches et l’écriture (créativité)
    Si vous devez procéder à des recherches, vous plonger dans vos dossiers généalogiques ou vos photos, canalisez toute votre énergie dans cette seule activité. Prenez des notes, mais ne rédigez pas votre livre en même temps.
  • L’écriture (créativité) et la correction (logique)
    Quand vous écrivez, concentrez-vous sur les idées, sur le fond. Ne vous occupez pas de la forme : orthographe, construction des phrases, enchaînements, mise en page…
    Vous peaufinerez tout cela au moment de la relecture. Faites patienter votre perfectionnisme !

Désactivez la correction automatique de Word
Vous connaissez sans doute cette fonction de Word qui consiste à souligner vos fautes d’orthographe et de syntaxe, alors même que vous ne lui avez rien demandé. Une source de distraction hors pair (et pas toujours pertinente) ! Faites-la taire, du moins temporairement.
Vous pouvez aussi écrire sur le bloc-notes de votre ordinateur. Ainsi, vous vous concentrez sur le fond, sans vous soucier (temporairement, là aussi) des fautes. Copiez le texte dans Word au moment où vous abordez la phase de relecture/correction.

 

8. Fixez une durée limitée à vos tâches

Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais plus on pense qu’une tâche sera longue, plus elle s’avère longue.

Si vous vous accordez trois jours pour terminer un chapitre, vous y passerez trois jours.

Si vous vous dites que vous le finirez avant ce soir, il y a de fortes chances pour que vous y arriviez, car vous serez plus concentré et ferez preuve de plus d’acuité.

Donnez-vous des délais courts… mais raisonnables (on n’est pas là pour se maltraiter !).

Même chose pour l’ensemble de votre projet. Cinq ans pour écrire vos souvenirs ou l’histoire de votre famille, c’est trop long !

 

9. Bichonnez vos conditions de travail

Si vous avez besoin de consulter des dossiers, organisez-les de façon à vous y retrouver facilement.

Cela demande d’investir un peu de temps au départ, mais vous en gagnerez ensuite (et vous éviterez une source potentielle d’énervement ou de découragement).

D’une façon générale, placez-vous dans un environnement et une ambiance où vous vous sentez bien pour écrire : dans une pièce calme, un café, une bibliothèque…

Par exemple, je me trouve en ce moment même dans un espace de coworking (bureaux partagés). J’y suis beaucoup plus productive que chez moi !

Choisissez aussi le moment le plus propice…

 

10. La reconnaissance vocale : vous dictez, elle écrit !

Si votre vitesse de frappe est très lente ou si vous êtes plus à l’aise pour parler que pour écrire, essayez la reconnaissance vocale.

Il semble que celle de Windows (sur PC ou sur Mac) marche assez bien.

Même s’il n’est pas infaillible, le logiciel Dragon est sans doute plus performant (vos expériences sont les bienvenues en commentaires). Mais son prix et le temps nécessaire pour le paramétrer n’en font un outil pertinent que si vous devez l’utiliser sur le long terme.

Dans tous les cas, le système de reconnaissance vocale aura des ratés : une relecture/correction sera indispensable.

 

L’astuce en + : Trouvez un partenaire d’écriture

À plusieurs, c’est mieux ! Tout comme quand on veut préparer le marathon ou arrêter de fumer, un ou des partenaire(s) apportent le soutien et l’émulation nécessaires.

Non seulement vous serez moins enclin à abandonner votre projet d’écriture, mais vous serez aussi plus stimulé pour avancer.

Y a-t-il autour de vous une personne ayant, elle aussi, envie d’écrire le livre de sa vie ou de sa famille ? Pour le savoir, parlez de votre projet !

 

Voilà mes astuces pour éviter de dilapider un temps précieux.

Cela étant, écrire un livre ne prend pas forcément des années. Vous pourriez même produire 200 pages en 5 mois…

[/emember_protected]

——————————————————————————————————————–

Devenez (vous aussi) un heureux membre du blog et recevez :

  • mon guide de 210 questions pour réveiller vos souvenirs et commencer à les écrire
  • des outils super-pratiques
  • des techniques avancées
  • des conseils, des astuces et des idées par mail en avant-première

Tout cela est gratuit. Vos informations resteront privées. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.

[wp_eMember_registration]

 

10 réponses sur « 10 + 1 astuces pour écrire plus vite votre biographie »

Coucou Hélène !
10 astuces vraiment au top. Je retiens principalement la 5 et la 10. Pour la 10 je n’y avais jamais pensé, et je dois avouer que bien paramétré, cela doit aller vraiment plus vite. Pour la 5, c’est le soir avant d’aller me coucher, ou avant de m’endormir surtout qu’il faudrait que j’y pense, car c’est là que j’ai le plus d’idées. En tout cas, très bon billet remplie de bons conseils. Je te remercie Hélène. A Bientôt.

Merci Maelys, très bon choix (NB : moi aussi, je suis du soir 😉 )

Plein de belles pages d’écriture à toi !

Un condensé du meilleur des astuces pour une rédaction au top. J’applique à la lettre la plupart de vos conseils, et je peux vous dire que ma rédaction, mon inspiration et j’en passe son bien plus fluides qu’avant. Fini les journées à regarder une page blanche dans l’attente d’une idée pour la suite. Je vous remercie grandement pour votre blog et vos astuces qui valent le détour !!

Merci à vous Claude !

C’est un plaisir pour moi de pouvoir vous aider, n’hésitez pas à me dire quels sujets vous intéressent et de quoi vous avez besoin 🙂

Hélène

Bonjour Hélène,
Je viens tout juste de m’inscrire sur votre blog, et, au fil du temps, je vais le découvrir avec joie ! Moi également, j’ai une envie folle d’écrire mon autobiographie, car j’y pense depuis longtemps. Merci à l’avance de tous les renseignements et méthodes que je vais compulser sur votre site.
A bientôt, et encore merci !!
Jean-Pierre

Bienvenue Jean-Pierre et merci pour ce commentaire enthousiaste !

Si vous avez une envie folle d’écrire votre autobiographie, il ne faut pas passer à côté 🙂

Au plaisir de vous lire,
Hélène

Bonjour Hélène jolie prénom rare d’ailleurs douceur semble être une de vos qualité.
J’ai vraiment envie d’écrire une histoire hors ma vie et chamboulé depuis l’enfance, j’ai parcouru et lu vos idées vos façon de faire je n’y arrive pas et je ne sais pas pourquoi je bloque alors que j’ai une histoire qui se raconte avec plein de …. je suis contente d’avoir découvert votre blog riche dans tout l’ensemble qu’il contient les astuces, sont pleins d’accroche et le meilleur moment de la journée je ne le trouve pas car je ne cesse de penser a écrire il me faudrait être constamment avec un stylo ou-l’ordinateur pour coucher des mots des phrases seulement je me trouve nul et incapable d’aller en avant , je suis là pour découvrir votre savoir et ne pas me planter, maladroite indécise très volontaire la rage de vivre, afin de laissez a mes enfants une histoire aussi intense que chaotique Merci de votre attention A bientôt Cordialement
Anna

Bonjour Anna, joli prénom aussi 🙂
Et pourquoi pas avoir constamment un stylo et du papier sous la main, pour noter ce qui vous vient à l’esprit ? Ne perdez pas votre énergie à vous demander si vous faites comme il faut.

Si, vous savez aller de l’avant ! Et ce n’est pas simple pour personne d’écrire l’intensité. Laissez l’auto-critique de côté et écrivez simplement ce qui vous tient à coeur. C’est un beau cadeau pour vos enfants. Ils seront touchés, même par votre maladresse.

Pour vous mettre en confiance et prendre de l’aisance, vous pourriez commencer par écrire des petites anecdotes, des réflexions. Vous verrez ensuite comment mettre tout ça ensemble.

Bonjour Hélène,

J’ai commencé à écrire mon autobiographie. J’ai soixante pages d’écrite.
J’écris presqu’à tous les jours maintenant. C’est étonnant tout ce que je me rappelle. J’écris pour moi-même, pour l’instant, je ne me soucie pas du style. Je ne me soucis pas des critiques. J’écris pour moi. Comme si je me racontais ma propre histoire. Parfois c’est drôle, parfois je revis la tristesse du moment passé si précisément que je me revois à l’âge en question et je pleure. Je m’interromps un moment, je pleure et je reprends le récit. C’est incroyable. C’est une belle expérience.

Merci pour tous les conseils que vous prodiguez

Denise

Merci Denise pour votre message émouvant et encourageant.

Vous avez trouvé votre rythme de croisière et vivez pleinement cette expérience, je vous souhaite le meilleur pour la suite.

Revenez nous dire où vous en êtes !

Hélène

Les commentaires sont fermés.