Livre de votre vie ou de votre famille : comment choisir les meilleures photos ?

Si vous aimez cet article, pourquoi ne pas le partager ? Merci !Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

photos-memoire-choisir

Si vous êtes en train d’écrire le livre de votre vie ou de votre famille, vous pensez peut-être déjà aux photos qui viendront l’illustrer. Mais comment choisir parmi toutes celles que, parfois, nous possédons ?

 

1. Trop d’images tue l’image

Tout d’abord, sachez qu’un livre abondamment illustré ne sera pas forcément plus attractif. Si les images sont en excès, elles se noieront dans la masse et rien ne sera finalement mis en valeur, pas même le texte. En revanche, des photos moins nombreuses, mais bien choisies, seront davantage appréciées.

 

2. Séparer écriture et choix des photos

Choisissez les photos après avoir fini d’écrire votre autobiographie ou votre histoire familiale. D’abord, parce que rien ne vaut une vue d’ensemble pour opérer la sélection la plus judicieuse.

Travailler sur le texte et les illustrations séparément vous permet aussi de ne pas vous éparpiller et de rester concentré sur l’écriture. Dans le même ordre d’idées, focalisez votre attention sur les images à choisir pour votre livre. S’il vous vient l’envie de trier ou de numériser toutes vos photos, mieux vaut patienter un peu avant de vous lancer dans cette vaste entreprise !

choisir des photos pour illustrer un livre biographie

3. Cette photo est-elle pertinente ?

Est-ce qu’elle correspond vraiment au sujet du livre ? Imaginons que j’écrive la biographie de mon grand-père et que le village où il est venu habiter à l’adolescence ait abrité un château, détruit à la Révolution. Est-il vraiment intéressant d’intégrer une gravure de ce château ? La réponse est non : même si cette gravure est belle, intéressante ou rare, elle est hors sujet. (NB : à propos de gravure, ne perdez pas de vue que vous ne pouvez pas toujours utiliser comme bon vous semble les photos qui ne vous appartiennent pas.)

Autre exemple : dans votre autobiographie, vous pouvez inclure une image des superbes décorations de Noël que réalisait votre maman. Mais vous n’insérerez pas les décorations de tous les Noëls.

 

4. Cette photo montre-t-elle des êtres humains ?

Les clichés de monuments ou de paysages dénués de présence humaine sont beaucoup moins attrayants. Si vous avez le choix, préférez un cliché sur lequel on voit un visage, ou même une silhouette. Elle titillera davantage l’émotion du lecteur, et votre livre n’en sera que plus attachant.

photos pour biographie ou livre de familleQu’en pensez-vous ? (crédit : Flickr).

 

5. Cette photo montre-t-elle des relations ?

Une image de personnes ensemble est plus vivante et possède un impact émotionnel plus fort que si la personne est seule. Ceci est encore plus vrai quand les protagonistes sont physiquement en contact, se sourient ou se parlent, par exemple.

jeune-homme-et-grand-pereLe nec plus ultra : la photo qui donne des informations et qui provoque l’émotion (crédit : Flickr).

 

6. Cette photo révèle-t-elle une personnalité ?

Si vous avez le choix entre plusieurs portraits d’un même individu, choisissez le ou les plus représentatif(s) de sa manière d’être, de ses goûts, de son caractère, même si le cliché est de piètre qualité. D’autant qu’avec un logiciel de retouche, des améliorations sont toujours possibles.

mariage-1950

photo-mariage-1950

Pour moi, « y’a pas photo » ! Malgré le principe n° 5, je préfère nettement l’image de droite, moins impersonnelle et bien plus touchante. Et vous ? (crédits : Flickr).

7. Des photos, mais pas seulement

N’oubliez pas les documents qui ajouteront une touche d’authenticité ou d’humanité à votre livre :

● lettres, cartes postales, télégrammes, cartes de visite…
● billets de théâtre, de concert, invitations…
● billets de train ou d’avion, passeports…
● pièces d’identité, diplômes, certificats, cartes de rationnement…
● documents manuscrits : pages d’agenda, extraits de journal intime, recettes de cuisine…
● coupures de journaux, programmes d’opéra…
● dessins…

testament-manuscrit

vieil-homme-et-ses-chats

À gauche, le testament de mon grand-oncle Armand.
Crédit photo du vieil homme aux chats : Roland Letscher.

 

 

Pour rendre ces témoignages encore plus attachants, vous pouvez y adjoindre une photo de la personne concernée.

 

En conclusion : lorsque vous avez le choix entre plusieurs images, privilégiez celle qui provoque une émotion. Ce n’est pas forcément spectaculaire ou bouleversant : il suffit d’un châle posé sur une chaise ou d’une assiette laissée sur la table pour donner une autre tournure à une photo de salle à manger !

Qu’en pensez-vous ? Avez-vous d’autres exemples ? Ou des contre-exemples ? 🙂

 

 

Si vous aimez cet article, pourquoi ne pas le partager ? Merci !Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

6 réflexions au sujet de « Livre de votre vie ou de votre famille : comment choisir les meilleures photos ? »

  1. Le sens… le lecteur… Voilà effectivement les deux choses qu’il ne faut jamais perdre de vue. Merci pour ce rappel salutaire qui m’aidera à garder un regard critique sur ma prose !

    • Le sens et le lecteur, c’est tout à fait ça. Pour mieux regarder et mieux voir, rien de tel que de prendre un peu de recul, chose pas toujours facile mais qui s’acquiert lorsqu’on s’exerce. Rien de tel non plus que le regard d’un tiers.
      Quant à votre blog, je l’aime beaucoup alors même que je n’ai pas manié l’aiguille à broder depuis l’âge de 10 ans : il est bien écrit, personnel et ravissant. Un vrai plaisir !
      Merci pour votre commentaire, Sylvaine, et à bientôt 🙂

  2. Cet article, intéressant comme d’habitude parce qu’il se fonde sur la pratique de l’écriture, m’inspire quelques remarques.
    À propos du point n°1, si on a beaucoup de photos, le livre photo, pourvu qu’il soit bien légendé, est une solution alternative, solution que j’ai adoptée pour mon ascendance paternelle avant même de tenter de rédiger l’histoire familiale.
    Sur le point n°2, je me permettrai de ne pas être d’accord : on peut trouver des idées pour l’écriture en regardant des photos, j’en fais souvent l’expérience. L’observation et l’analyse minutieuses d’une photo peut révéler beaucoup d’éléments.
    Pour le point n°4 je suis d’accord et j’ajouterais même qu’il faut se méfier des photos de monuments : ceux-ci sont de mauvais représentants de la vie de nos ancêtres, qui étaient souvent des humbles (je parle des miens). Pas de photo de cathédrale à moins d’avoir un grand-père évêque !
    Enfin, le point n°7 est encore plus vrai pour lés époques antérieures à la photographie !

    • Merci pour votre commentaire, Jean-Michel. Je suis d’accord sur tous les points !

      Sur le 2 « Séparer écriture et choix des photos », je pensais à la sélection finale des images (« je mettrai celle-ci, à cet endroit ») mais en effet cela n’exclut pas de les regarder, bien au contraire. Cela peut d’ailleurs être un bon point de départ pour commencer à écrire, raviver des souvenirs, etc.

      A propos des monuments, disons qu’une photo de cathédrale peut avoir du sens si votre ancêtre passait devant tous les jours ou y allait chaque dimanche. Mais est-ce que cette photo sera vraiment regardée ?

      Sur les livres photos, je publierai prochainement un article 🙂

  3. Mérci pour ce tres bon article! Je rencontre plus de souci pour illustrer les époques anciennes!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *