Comment écrire une biographie sans énumérer les faits et dates ?

Partagez-moi !

énumeration etc

Écrire une biographie ou l’histoire de sa famille, c’est être confronté au risque d’énumérer les événements et les dates. Et donc, au risque de l’ennui : pour celui qui écrit, comme pour celui qui lit.

Je caricature un peu : « Il se marie le 18 mai avec Émilie. Un an plus tard, le jeune couple part vivre à Saint-Étienne. Là, Jules travaille comme ouvrier dans la métallurgie, avant de devenir contremaître. Ensuite, il se passe ceci, puis cela, etc. »

Entendons-nous bien : il vaut mieux ça que rien. Pour autant, nous préférons tous éviter ce genre de texte !

Alors, comment dépasser ces empilements de faits où la vie ne s’anime jamais vraiment ? Que l’on ne prend aucun plaisir à écrire, et encore moins à lire ?

Comment faire pour rendre votre texte plus dynamique ? À la fois plus stimulant pour vous, plus intéressant et plus parlant pour vos lecteurs ?

De quoi ça parle ?

Un bon moyen est de donner un sujet à votre livre.

Le sujet est l’idée centrale qui unifie tout votre récit. On peut aussi l’appeler thématique, fil conducteur, angle, message…

Imaginons que vous choisissiez le thème du courage. Vous abordez alors votre vie ou votre histoire familiale à travers ce prisme-là. Vous n’égrenez plus : « depuis la naissance, il s’est passé ceci puis cela » mais vous vous focalisez sur votre sujet.

Votre livre s’attache ainsi à montrer, par exemple, comment différentes formes de courage ont déterminé le destin de votre famille. Ou en quoi vous avez dû faire preuve de courage dans votre vie, où vous l’avez puisé, quelles ont été ses répercussions, ce qui vous a manqué…

Le sujet, c’est quand vous dites qu’un livre (ou un film) :

– parle des effets de la guerre ;
– raconte l’histoire d’une famille qui sait concilier travail et plaisir ;
dépeint la dépression et comment on peut en sortir ;
– montre que la liberté coûte cher, mais qu’elle n’a pas de prix (j’aime bien ce sujet 🙂 )
– …

C’est la réponse à la question : de quoi ça parle ?

 

Une autre dimension

● Le sujet n’est pas directement apparent, ni explicite. Il traverse en trame de fond le(s) parcours de vie que vous retracez. En principe, vos lecteurs doivent le découvrir tout seuls.

● Le sujet sous-tend l’ensemble et donne une continuité aux différentes parties de votre histoire.

Le lecteur se trouve face à un récit « plein », unifié, qui a du sens et de la cohérence.

On aime ces livres-là. C’est un tout autre plaisir de lecture !

lecteur livre lecture

 ● De plus, le sujet transforme l’histoire particulière que vous écrivez en une histoire universelle. Vous ne racontez plus tout le parcours de Jules et Émilie, mais « l’histoire d’un couple qui a su s’épauler alors que tout le prédestinait à voler en éclats ». Ou celle de « deux êtres qui sont passés de la pauvreté à la richesse opulente ».

Cette histoire-là, vos lecteurs peuvent davantage se l’approprier et se sentir touchés. Elle va résonner plus fort en eux !

→ En définitive, un récit avec une thématique ou un message est plus vigoureux, plus profond et plus parlant. Il entre dans une autre dimension.

 

Une solution en cas de blocage

● Autre avantage – loin d’être négligeable –, trouver un sujet à votre histoire peut vous aider à vous lancer.

Souvent, on dispose de tant d’informations qu’on ne sait pas par où commencer.

Si vous déterminez un thème ou un message, vous pouvez ensuite faire le tri des faits, des anecdotes ou des souvenirs. Vous ne gardez que ce qui est important et pertinent au regard de cette thématique ou de ce message. La voie s’ouvre devant vous !

● Enfin, cela vous permet de pouvoir écrire des épisodes distincts, liés uniquement par le fil rouge de votre sujet. Un peu comme dans la structure mosaïque.

 

Dans le prochain article, vous découvrirez les réponses à ces questions :

  • comment s’y prend-on pour choisir un sujet ?
  • sur quels critères ?
  • quels sont les bons et les mauvais choix ?
  • que faire si on change d’avis en cours de route ?

À suivre !

 

Partagez-moi !

3 réflexions au sujet de « Comment écrire une biographie sans énumérer les faits et dates ? »

  1. « Souvent, on dispose de tant d’informations qu’on ne sait pas par où commencer. » Quand on a de la chance… Pour ma part je dois racler les fonds de tiroir pour rassembler assez d’éléments !

    • Oui, les cas de figure passent parfois d’un extrême à l’autre !
      Ça dépend aussi beaucoup de la période que l’on aborde.
      Heureusement, on peut au moins recueillir des informations sur le contexte de vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *