Faire imprimer la couverture de votre livre: en mat ou brillant ?

Partagez-moi !
couverture livre pelliculage mat ou brillant
Yann-Claude, un membre du blog, m’a envoyé cette question : « Pour la couverture de mon livre, mat ou brillant ? Je n’en sais affreusement rien, malheureusement ! »

Commençons par le commencement.

L’aspect mat ou brillant d’une couverture est donné par le pelliculage. « Cette finition consiste à appliquer un film très fin sur toute la surface de la feuille », nous explique Christine Morand-Corde, de l’imprimerie Espace Repro.

Ce film est généralement dérivé du plastique mais, si vous avez la fibre écolo, sachez que certains sont fabriqués à partir de matières végétales.

Le pelliculage offre plusieurs avantages :

  • il renforce la couverture, et donc la durée de vie du livre ;
  • il la protège des taches, de l’humidité, des rayures, des déchirures… ;
  • il procure une esthétique ou un toucher particulier, selon qu’il est brillant, mat ou effet peau de pêche.

Voyons ça plus en détail !

Couverture livre papier texturéMême si le pelliculage a beaucoup de qualités, vous préférerez peut-être
un papier dit « de création » (texturé, vergé, nacré…) laissé brut.

t

Le pelliculage brillant

Il est souvent apprécié, car il rend les couvertures éclatantes et lumineuses. Il flashe, il flatte ! Les couleurs sont plus vives.

Certains trouvent que cet aspect brillant met les photos en valeur. Mais « c’est au goût de chacun et peu importe ce qui est imprimé, photo et/ou texte », indique Christine Morand-Corde.

Si vous regardez les livres de votre bibliothèque, vous verrez en effet des pelliculages brillants sur des couvertures sombres et sans photo, des pelliculages mats sur des couvertures avec photo… Tout existe !

 

Le pelliculage mat

Son allure est plus sobre. Il est idéal si vous voulez donner une touche classique, voire élégante à votre ouvrage.

À regarder les tables des librairies, il me semble que les pelliculages mats ont la cote en ce moment. Car il en va des pelliculages comme du reste : il y a des modes !

Le pelliculage mat est doux au regard mais aussi au toucher. Il n’est pas toujours évident de le distinguer du pelliculage « peau de pêche ».

 

Le pelliculage « peau de pêche » (« soft touch »)

Vous savez, c’est celui qui donne à certains livres un toucher velouté si agréable et raffiné.

Le soft touch, qui est mat, s’avère plus épais que le pelliculage ordinaire. Il rigidifie un peu plus votre couverture.

Il est aussi plus cher, sans être hors de prix. Le mieux est encore de demander un devis à votre imprimeur !

 

Le vernis

Votre prestataire vous proposera peut-être de choisir non pas un pelliculage mais un vernis, moins cher. Ce produit liquide « est apposé en fine couche comme une couleur », explique Christine Morand-Corde.

Appliqué sur l’ensemble de la couverture, le vernis protège votre livre mais il n’a pas l’aspect « fini » du pelliculage.

Le vernis sélectif

Le vernis peut aussi être déposé par-dessus un pelliculage et recouvrir « une partie seulement de la couverture. Une image ou le titre, par exemple. C’est ce qu’on appelle le vernis sélectif », explique Christine Morand-Corde.

Si vous voulez épater vos lecteurs avec une touche prestigieuse et si vous avez un peu de budget, le vernis sélectif est fait pour vous !

 

En pratique

Pour choisir votre pelliculage, suivez votre goût ! Allez dans une librairie et regardez, touchez (délicatement), repérez ce que vous préférez.

Demandez conseil à votre imprimeur préféré et voyez s’il peut vous montrer des échantillons (comme pour choisir votre papier). En effet, chacun a son propre matériel et le rendu peut différer d’un prestataire à l’autre.

Bon à savoir : si votre imprimeur travaille avec la technologie numérique (celle qui permet les petits tirages), vous pouvez faire pelliculer votre couverture quel que soit le nombre d’exemplaires. Elle est pas belle, la vie ?

 

Partagez-moi !

6 réflexions au sujet de « Faire imprimer la couverture de votre livre: en mat ou brillant ? »

  1. Généralement on opte pour le brillant. Mais je dois avouer avoir une faiblesse pour le mat. Comme tu le dis si bien dans ta présentation, le mat apporte cette touche élégante et classe. Merci pour le bon à savoir en passant , car pour le coup je ne le savais pas du tout !!!

    • On se rejoint pour le mat, Stephy. J’ai toujours choisi cette option pour les tirages photo aussi.
      Je pense que le brillant a eu son heure de gloire… mais aujourd’hui, beaucoup de gens aspirent à un peu plus de sobriété !

  2. Bonjour à vous,
    Personnellement je dirais que la texture que l’on choisit impacteras beaucoup moins que ce que l’on choisit d’y mettre dessus.
    L’important est d’accorder la texture avec le contenu, de la couverture mais aussi de votre histoire. Si votre histoire est heureuse en général, du brillant sur des couleurs vives seraient plus adaptés. Si votre histoire est triste, des couleurs sombres sur du mat et inversement par exemple. Et enfin, pour une part de mystère, d’histoire forte, j’opterais pour une texture différente et originale. Bon, et pour un combiné des trois qui est souvent le cas, j’opterais pour le plus classique, le brillant. Mais bien entendu il faut prendre en compte le budget !!! A bientôt. Amitiés, Jeff

    • Très pertinent, Jeff ! J’avoue que je n’avais pas pensé à cet élément… Merci de rappeler que le fond et la forme sont intimement liés !

  3. veuillez nous donner une astuce pour que le document au pelliculage mat ne perd pas ces couleurs, il y a une dominante magenta qui surgie à l’application du pelliculage mat, normal ? merci d’avance

    • Bonjour,
      oui, je crois que c’est normal. Mais je ne suis pas une spécialiste de l’imprimerie, il vaudrait donc mieux demander conseil à votre prestataire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *