3 pistes pour donner du rythme à votre écriture (et éviter d’endormir vos lecteurs)

Partagez-moi !

rythme écriture écrire style biographie

 

Un texte au rythme plat, c’est l’assurance d’endormir vos lecteurs. Y compris les plus motivés !

Voici 3 pistes simples pour maintenir leur attention en éveil…

 

1. Variez la construction de vos phrases

« Pour échapper à sa condition, il décida de tenter l’aventure. Après un long voyage en bateau, il arriva en France. Là, il vécut dans la joie et l’allégresse. Puis, il s’engagea dans l’armée quatre ans plus tard. »

Vous commencez à bâiller ? C’est normal : toutes ces phrases se ressemblent ! Leur construction est répétitive… et monotone : première partie suivie d’une virgule, puis sujet-verbe-complément.

La plupart d’entre nous avons des tics d’écriture, notamment dans notre manière de structurer les phrases (sujet-verbe-complément ou autre). 

Seulement, si notre syntaxe suit toujours le même modèle, le rythme devient lassant et soporifique. D’où la nécessité d’apporter de la variété.

Rédigez-vous souvent vos phrases de la même façon ?

Si vous voulez écrire des textes dynamiques et expressifs, il est temps de bousculer la routine et d’expérimenter de nouvelles constructions, en jouant avec l’ordre des mots.

 

2. Alternez le court et le long

Pour briser la monotonie d’un texte et lui donner du rythme, alternez phrases longues et phrases courtes.

Si besoin, reformulez ou scindez les longues propositions, pour créer des passages au rythme plus vif.

• En général, les phrases longues donnent une impression de calme. C’est le rythme lent de la réflexion, de l’analyse, de la description, de la langueur…

• Les phrases courtes, elles, expriment l’action, le conflit, la tension…

Ne vous en faites pas : la plupart du temps, cela se met en place tout naturellement. Si vous désirez exprimer de l’enthousiasme, par exemple, vous écrirez sans doute des phrases courtes sans devoir réfléchir.

« J’appuyais tendrement mes joues contre les belles joues de l’oreiller qui, pleines et fraîches, sont comme les joues de notre enfance. Je frottais une allumette pour regarder ma montre. Bientôt minuit. C’est l’instant où le malade qui a été obligé de partir en voyage et a dû coucher dans un hôtel inconnu, réveillé par une crise, se réjouit en apercevant sous la porte une raie de jour. Quel bonheur, c’est déjà le matin ! » (Marcel Proust, Du côté de chez Swann)

 

3. Jouez avec les pauses 

Qui dit rythme, dit pauses. Dans la musique, par exemple, tout comme dans l’écriture.

Grâce à la ponctuation, vous pouvez créer ces pauses, en les modulant : plus nettes et plus longues avec le point, moins avec la virgule. 

« C’étaient des jours chauds. Très clairs, très très clairs. Les oiseaux chantaient. Oui, bien. » Christine Angot

L’impression serait bien différente si nous avions :

« C’étaient des jours chauds très clairs, très très clairs, et les oiseaux chantaient. »

À propos de ponctuation, j’adore cette phrase d’Oscar Wilde :

« J’ai travaillé toute la matinée sur les épreuves d’un de mes poèmes et j’ai enlevé une virgule. Cet après-midi, je l’ai remise. » 

Sans forcément aller jusqu’à ce niveau de raffinement, souvenez-vous que la ponctuation est un outil merveilleux pour créer des effets de rythme et véhiculer une musique, donc une émotionEmparez-vous en !

 

Amusez-vous avec les mots, le rythme et la musicalité, grâce aux trois outils que nous venons de voir. Et au moment où vous vous relisez, tendez l’oreille !

 

Partagez-moi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *