Comment écrire une description vivante ? Les 3 ingrédients

paysage décrire souvenirs

Comment parler de la maison de votre enfance ?

Des paysages dont vous êtes imprégné ?

Du village de vos ancêtres ?

Et ce, sans endormir vos lecteurs…

 

Les photos montrent, mais elles ne disent pas tout : l’atmosphère, en particulier.

Grâce aux mots, vous pouvez justement recréer des impressions, une ambiance.

Quand vous décrivez, vous donnez à voir et à sentir un cadre de vie (ou de travail). Alors, les « personnages » qui s’y déplacent prennent consistance.

Que vous écriviez l’histoire de votre vie ou celle d’un membre de votre famille, vous avez la possibilité de rédiger votre description sur place, à partir de souvenirs ou de documents.

Ce qui compte, c’est que vos lecteurs aient une image en tête et ressentent quelque chose.

 

Les détails sensoriels

Pour cela, faites appel à vos sens. Cela vous permet d’aller au-delà de la simple description matérielle des lieux et de restituer une atmosphère.

  • La vue. Choisissez un angle de vision, puis déplacez votre regard et notez ce que vous voyez.
    Évidemment, aidez vos lecteurs à se repérer dans l’espace en utilisant des indicateurs : « au premier plan », « au loin »… Faites des zooms avant ou arrière.
    Précisez les formes, les dimensions. Ainsi que les couleurs, les matériaux, l’état (pimpant, sale, robuste…).

 

  • L’ouïe. Qu’entendez-vous ? La rumeur des voitures, des passants, des commerces ? Le chant des oiseaux ou celui de la rivière qui coule ? Une cloche d’église ? Le frémissement d’arbres centenaires ?

 

  • L’odorat. Tentez de retrouver les senteurs de l’environnement. Par exemple, ma maison d’enfance se trouvait tout près d’un atelier de réparation pour les voitures, dont l’odeur m’a marquée à jamais !
    Pensez aussi aux effluves des plats, des animaux… ou des personnes.

 

2. Des verbes d’actions et des humains

Comme vous le savez, une description est ennuyeuse à lire :

– si elle est trop longue ;

– si elle est trop statique.

Pour pallier cet écueil, pensez aux verbes d’action, qui donnent du mouvement.

Par exemple, au lieu d’écrire :

« La maison comporte deux étages. À l’arrière, se trouvent une cour et un petit bâtiment annexe »

dites plutôt :

« Dans la maison, un escalier de bois sombre dessert les deux étages. À l’arrière, une porte permet d’accéder à la cour, au fond de laquelle quelqu’un a bâti une cabane. J’imagine que mes aïeux s’en servaient pour entreposer leurs outils. »

Mettez des êtres humains dans vos descriptions !

 

Et pour finir, un exemple de description :

« Notre village, c’était d’abord une rue principale et quelques rues adjacentes, toutes en terre battue. À l’entrée du bourg, l’école bruissait de cris d’enfants et quelques marchands vendaient du riz, des fruits et des légumes colorés, un peu de viande. Notre maison se dressait à 50 mètres de là.

Elle faisait face à un étang, qui était également  un lieu de vie : les habitants y pêchaient, y faisaient la lessive, s’y baignaient parfois.

À l’autre bout de la rue principale, le village s’ouvrait sur les rizières verdoyantes qui faisaient vivre le pays. Et partout autour de nous, une végétation luxuriante, des bambous, des cocotiers… De la poussière, aussi. […]

Trois générations vivaient dans notre maisonnette de briques et de terre. Dans la grande pièce, s’imposait l’autel en bois peint dédié à nos ancêtres. Ce meuble rouge et or mesurait plus de trois mètres de large !

Deux lits étaient placés de part et d’autre : celui de gauche accueillait tous les enfants, tandis que celui de droite était réservé aux parents.

Nous entreposions notre réserve de riz dans la seconde pièce, minuscule, de l’habitation. C’est aussi là que dormaient nos grands-parents. »

 

P.S. : cet article est adapté d’un passage de mon livre Ecrire l’histoire de sa famille

Si vous voulez aller plus loin, découvrez-le ici !

 

Une réflexion au sujet de « Comment écrire une description vivante ? Les 3 ingrédients »

  1. Merci pour ces conseils judicieux, en effet une description dynamique donne envie d’aller plus loin.