Votre style d’écriture vous désole ? Ce que j’en pense

Si vous aimez cet article, pourquoi ne pas le partager ? Merci !Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

style écriture ecrire souvenirs memoire

Imaginez-vous en train de lire les souvenirs de votre grand-mère. Si votre aïeule a peu fréquenté l’école, sa prose vous semble peut-être maladroite et sans éclat particulier.

Et pourtant…

 

Interrompez-vous votre lecture ? Estimez-vous que ce texte est sans valeur ? Pensez-vous que votre grand-mère aurait mieux fait de s’abstenir ?

Au contraire, vous chérissez sans doute les pages qu’elle vous a laissées. Elles vous touchent.

Quand nous lisons l’histoire d’une vie ou d’une famille, que cherchons-nous ? Au-delà des faits, nous voulons mieux connaître son auteur. Et cela, nous le percevons, entre autres, par sa façon de rédiger. Autrement dit : son style.

 

Le style ?

« Le style n’est nullement un enjolivement comme croient certaines personnes, ce n’est même pas une question de technique. » C’est Marcel Proust qui l’a écrit (dans ses lettres à Bibesco).

Le style, « c’est la manière d’utiliser les moyens d’expression du langage pour communiquer avec autrui, de façon personnelle. […] Le choix des mots et des tournures de phrase, la recherche de certaines harmonies, de certains rythmes, constituent le style. C’est l’expression du tempérament, de la personnalité originale de l’écrivain » (ça, c’est de Charles Maccio, dans Savoir écrire un livre, un rapport, un mémoire).

En bref, le style est votre manière personnelle d’écrire, votre « petite voix ». Vous en avez donc forcément un… même s’il vous déplaît (les autres partagent-ils votre avis ?), même s’il n’est pas celui de Flaubert ou de Lydie Salvayre.

Si vous écrivez bien, tant mieux : ceux qui vous lisent seront ravis. Mais ils attendent surtout que vous écriviez avec le cœur.

 

Humain

Ils ne vous jugeront pas sur votre absence de « beau style ». Et même, vos éventuelles petites maladresses d’écriture vous rendront encore plus humain. Humain plutôt qu’écrivain, si l’on peut dire : voilà ce qui compte pour un livre biographique destiné à des proches. Et ça, vous pouvez le faire.

Avec vos mots, votre phrasé, vos expressions… votre façon d’écrire, quelle qu’elle soit, témoigne de votre personnalité et c’est cela qui importe : que vos lecteurs perçoivent qui vous êtes, dans toute votre authenticité et votre sincérité.

Il y a quelques années, j’ai lu la longue « lettre » qu’une jeune femme avait rédigée pendant sa grossesse, à l’intention de son futur bébé. Son écriture était sans prétention aucune. Pourtant, elle exprimait si bien tous les sentiments, les doutes, etc., de la future maman que ces pages se lisaient avec délice. J’imagine que sa fille les découvrira plus tard avec grande émotion !

Je pourrais aussi parler de ce que ma mère a écrit, à ma demande, sur son enfance paysanne. C’est simple, sans prétention là non plus, mais je m’en fiche pas mal. Ce livret porte les mots de ma mère et raconte une partie de mon histoire familiale : sa valeur est donc inestimable !

 

Laissez-vous aller : oui, mais comment ?

Pour trouver votre style, commencez par vous laisser guider par votre écriture.

  1. Adressez-vous à quelqu’un. Lorsque vous rédigez, faites comme si vous « parliez » directement à une personne (petit-enfant, ami de confiance…). Vous écrirez avec plus de facilité à un « interlocuteur » précis qu’à une masse de lecteurs floue et indéfinie. Votre style sera ainsi plus naturel, plus authentique. Si besoin, mettez la photo de cette personne à côté de vous. Il peut également s’agir d’un(e) inconnu(e). Un visage bienveillant trouvé dans un magazine et c’est parti !

 

  1. Faites comme si vous rédigiez une simple lettre ou un mail. Le but ? Garder à l’esprit que vous pourrez retoucher, corriger votre texte. L’écriture d’un livre, plus intimidante, vous le fait parfois oublier 😉 On se détend ! Pour libérer votre prose, ne cherchez pas à écrire « bien ». Écrivez tout court, améliorez ensuite.

 

  1. Exercez-vous. Comme la pâtisserie, le chant, le sport ou la broderie, l’écriture demande de la pratique si vous souhaitez progresser. Et ce, quel que soit votre niveau. Si vous n’écrivez pas, vous ne pouvez pas trouver et améliorer votre style !
    Entraînez-vous, le plus souvent possible :

Plus vous écrivez, plus vous prenez de l’assurance et de l’aisance. Votre écriture devient de plus en plus libre et authentique. Vous faites entendre votre voix.

Et ainsi vos lecteurs, après avoir lu le livre de votre vie ou de votre famille, auront comme l’impression de vous avoir rencontré…

 

Si vous aimez cet article, pourquoi ne pas le partager ? Merci !Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

6 réflexions au sujet de « Votre style d’écriture vous désole ? Ce que j’en pense »

  1. Merci pour ce billet ! J’ai vraiment une envie d’écrire quelque chose en rapport avec mes ancêtres, un bouquin voire un scénario de film…
    La « petite voix », je l’entends aussi quand j’écris mes billets de blog.
    Pour le style d’écriture, ça me rassure du coup !
    Au plaisir de lire vos prochains billets !

    • Moi aussi, j’entends votre « petite voix » en lisant vos billets. Continuez à creuser votre projet d’écriture !
      Au plaisir tout pareil 🙂

  2. Bonjour,
    Je suis inscrit depuis très peu de temps.
    Je n’ écris que des nouvelles ou des contes ou des poèmes, pas de roman ni de biographie.
    franchement vos infos , sont très précises , avec des citations en références.
    Ma bibliothèque s’enrichit avec plaisir.
    Les newsletter sont spécifiques ,de grandes qualité, toujours un plaisir à lire.
    Merci à vous

    • Bonjour à vous et merci, votre commentaire me fait évidemment plaisir. Je ne pensais pas qu’un « littéraire pur jus » puisse trouver ici son bonheur.
      Alors bienvenue ici, et à bientôt !

      • Bonjour,
        « littéraire pur jus » non simplement un écrivain en herbe, toujours à la recherche de connaissance pour s’ améliorer.
        Mais franchement en manque d’inspiration depuis plus de six mois, votre blog est un gros bol d’air pour moi, et j’espère pouvoir de nouveau écrire.
        Merci

        • En attendant, vous pouvez toujours faire quelques jeux d’écriture si ça vous plaît. On en trouve dans le livre de Faly Stachak, par exemple, et sans doute sur le Net.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *