Quelles images pour illustrer votre livre de famille, même si vous n’avez pas de photos ?

Si vous aimez cet article, pourquoi ne pas le partager ? Merci !Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

glaneuses millet peinture ancêtres

Trouver des illustrations pour notre histoire familiale s’avère parfois ardu.

Si l’on possède des photos de famille, tout va bien. Quand tout a disparu ou que la période est trop ancienne, les choses se compliquent.

Voici des possibilités pour embellir et enrichir – malgré tout – votre livre de famille.

 

1. Les photos que vous pouvez faire

Par exemple :

– maisons, fermes, immeubles où vos ancêtres ont vécu (au pire, vous pouvez faire des captures d’écran à partir de Google Street View)

– lieux de culte où ils se sont mariés et qu’ils ont fréquentés d’une manière générale

– fonts baptismaux

– écoles

– tombes

– chemin souvent emprunté (pour aller de la ferme au village, par exemple)

– paysage typique de la région

– petit patrimoine familier : puits, lavoirs, moulins, fontaines, calvaires…

Vous pouvez aussi vous nourrir de ce que présentent certains musées, notamment les musées des traditions populaires. On en trouve un peu partout en France, dans de petits villages parfois.

Par exemple, un musée du monde rural se trouve à une dizaine de kilomètres de chez mes grands-parents. On y découvre des tas d’anciens outils agricoles et objets du quotidien, parfaits pour illustrer l’histoire familiale !

 

2. Les photos… des autres

Que rechercher, sur le Net ou ailleurs ? Les lieux emblématiques, mais aussi les métiers exercés par vos aïeux, des photos de festivités se déroulant dans leur région, les commerces, des objets du quotidien, les vêtements d’une époque…

Il y a le gratuit bien sûr, mais on peut dénicher des photos anciennes à prix très raisonnables : sur eBay, sur les sites de vente comme Delcampe (photos, cartes postales, vieux papiers…), sur les vide-greniers, les marchés aux vieux papiers…

 

 

3. Les archives

Cela va de soi, mais ça va mieux en le disant !

  • Les documents officiels : actes d’état civil, testaments, extraits de contrat de mariage, papiers d’identité, documents militaires… Et en particulier, les signatures de vos ancêtres, toujours émouvantes.
  • Les archives familiales : faire-part, menus, cartes de visite…
  • Les écrits personnels, si vous avez la chance d’en posséder : lettres ou brouillons de lettres, extraits d’agenda ou de cahier d’écolier, petits mots, croquis et dessins, nom inscrit en première page d’un livre…
    La moindre note manuscrite est un enchantement !

 

4. Les plans et cartes

  • Côté ancien (XVIIIe siècle), on ne présente plus les fameuses cartes de Cassini. À télécharger sur Gallica, par exemple.
  • Pour le contemporain (vues aériennes, cartes…), je fonce sur Michelin, qui offre davantage d’options de présentation que Google Maps.

carte Michelin généalogie ancêtres

Les fonctions intéressantes des cartes Michelin en ligne. En bas à gauche, bouton pour imprimer ou transformer en PDF. À droite, pour sélectionner une option de présentation.
Google Maps peut aller se rhabiller !

 

5. Les peintures, dessins, estampes

Des scènes, des métiers, ont été représentés au fil de l’histoire.
Voici quelques pistes de recherches sur le Net :

– Le site de la BNF

Gallica (sélectionner l’option de recherche « dans les images »)

Histoire-image, où vous pouvez chercher à partir de plusieurs critères : période, thématique (allez voir dans ‘Économie et Société’ ou dans ‘Culture’)…

En peinture, la vie quotidienne est rarement montrée avant le XIXsiècle. Et quand elle l’est, les scènes sont idéalisées ou pittoresques.
Si vous utilisez ces représentations, précisez à vos lecteurs qu’elles ne sont pas à prendre au pied de la lettre…

Vous trouverez plutôt votre bonheur chez les artistes réalistes du XIXsiècle.
Jean-François Millet est l’un des plus connus, notamment grâce à ses Glaneuses (en haut de cette page), mais il y en a bien d’autres : Julien Dupré, Jules Breton, Rosa Bonheur… Une liste plus complète vous est fournie ici par Wikipédia.

Par ailleurs, je vous conseille La Vie quotidienne en peinture, de Béatrice Fontanel. Un livre passionnant, dans lequel vous trouverez des tas d’idées et d’informations sur le quotidien de nos ancêtres. Y’a pas qu’Internet dans la vie 🙂

 

Une recommandation : ne cherchez pas à illustrer pour illustrer. L’image doit apporter quelque chose. Découvrez ici comment choisir les meilleures photos pour votre biographie personnelle ou familiale.

Vous avez d’autres idées et d’autres sources pour agrémenter votre livre de famille ? Merci pour votre contribution !

 

Si vous aimez cet article, pourquoi ne pas le partager ? Merci !Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

16 réflexions au sujet de « Quelles images pour illustrer votre livre de famille, même si vous n’avez pas de photos ? »

  1. Comme je viens d’être prise, c’est tout frais dans mon esprit: Vérifier les dates! J’avais une belle photo d’une mairie que je pensais pouvoir utiliser pour illustrer mais aussi pour agrémenter le récit en la décrivant. Mais voila, en faisant un peu plus de recherches pour être sure, j’ai découvert que cet édifice n’existait pas encore lors du mariage de mes ancêtres. Et voila tous mes plans à l’eau! J’ai eu la chance en faisant plus de recherches de trouver un croquis de la vieille mairie qui était encore en place à l’époque du mariage mais alors pas du tout au même endroit que la nouvelle mairie! Merci pour toutes vos bonnes suggestions. Annick H.

    • Merci pour votre témoignage, Annick. Une erreur ou un anachronisme est si vite arrivé !
      Votre rigueur et votre persévérance sont récompensées : bravo 🙂

  2. Je rêvais de cet article, vous l’avez fait ✅ je vous en remercie chaleureusement,
    Associé avec l’article « comment choisir les meilleures photos », nous voici parfaitement équipés pour illustrer nos livres.
    Conseils utiles, judicieux, des astuces et idees intéressantes, vraiment parfait!
    Je viens de commander le livre de Beatrice Fontanel, je ne connaissais pas. J’ai également déjà trouvé deux images très parlantes sur le site Histoire-image que je ne connaissais pas non plus.
    Mais, ou allez-vous chercher vos si bonnes idées

    Merci encore

    • Ravie que cela vous aide, Olivier. Maintenant que vous êtes équipé, je vous souhaite de belles trouvailles !

      Tous ces thèmes me passionnent et je réfléchis, lis, cherche des solutions à leur sujet depuis plus de 10 ans : le reste s’ensuit 🙂

      A bientôt

    • Ah oui, j’ai oublié de mentionner les coupures de presse. Et quel super outil de recherche ! J’y ai même trouvé quelques Soula. Merci beaucoup de l’avoir signalé 🙂

  3. Merci pour toutes ces bonnes idées Hélène, et celles de tes lecteurs·rices ! Comme tu le conseilles, j’utilise volontiers les cartes postales anciennes en essayant de ne pas être anachronique ou bien en le signalant s’il y a un décalage dans le temps. J’aime bien aussi utiliser les chromos anciennes, il y en a plus qu’on ne pense qui peuvent illustrer notre propos (métiers, occupations domestiques, etc.). En fait, comme toi, je fais feu de tout bois 😉 Un exemple parmi d’autre : les jolies illustrations de Salvatore Tresca dès qu’on aborde le calendrier républicain et qu’on peut trouver en superbe définition sur Gallica.

    • Merci pour ces compléments, Sylvaine.
      Quand j’entends « chromos », je pense images publicitaires… mais c’est réducteur si j’en crois tes propos (et je les crois 🙂 )
      Maintenant que tu le dis, d’ailleurs, il me semble avoir vu de jolies choses sur ton propre blog.
      Une piste à creuser, donc !

  4. Et aussi les bases de l’inventaire du Patrimoine par culture .gouv .fr qui sont une mine avec parfois des dossiers spécifiques sur anciennes fermes moulins forges avec photos ,j’utilise systématiquement pour toutes paroisses

    • Oui, très bonne source en effet pour trouver des photos (entre autres) !
      Merci Michèle

  5. Merci pour cet intéressant article; moi-même j’étais à la recherche d’illustration sur les artisans au XVIIIe siècle, et j’ai choisi les grandes vignettes qui enjolivent l’encyclopédie de Diderot et d’Alembert. Même si « les miens » travaillaient à Bruxelles, ils ne devaient pas être bien différents de leurs confrères français !

    • Très bonne idée Michel, merci de l’avoir partagée à l’intention des généalogistes de France et de Belgique !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *