Catégories
Faire face à vos freins

Secrets de mise en page : où placer les photos dans votre biographie ?

mise en page photos images texte word

Continuons sur notre lancée ! Maintenant que vous savez empêcher vos images de se balader dans Word, voici quelques conseils de mise en page.

Grâce à eux, vous pouvez réaliser un livre qui a de l’allure… même si vous n’êtes pas maquettiste ou graphiste.

Voici toutes les astuces que j’ai apprises au fil des ans, avec des exemples concrets.

 

[emember_protected]

1. Oubliez les photos centrées

La plupart du temps, je rencontre des mises en page comme celle-ci :

mise-en-page-photos-A4
Les images sont insérées les unes après les autres, rattachées à la portion de texte qui les concerne. C’est logique, et il faut garder le rapprochement entre texte et photos qui ont un lien. Mais ici, la succession d’images interrompt sans cesse le propos et donc le fil de la lecture, ce qui est assez désagréable. De plus, ce n’est pas très esthétique (NB : tous les exemples de cet article représentent des doubles pages, comme si le livre était ouvert).

 

Alignez…

Le secret pour une mise en page réussie est d’aligner vos photos sur un autre élément de la page.

Par exemple :
– le bord de la feuille
– l’une des marges du texte
– une autre photo
– les n° de page
– …

photo-image-mise-en-page-alignee
Ici, chaque photo est alignée sur un élément, de même que les légendes. Et la lecture n’est pas interrompue.

 

photo-image-haut-bas-aligner-habiller
Ici aussi, le texte est continu. La disposition du texte « autour » des images se fait grâce à la fonction Habillage de Word (cliquez pour en savoir plus !).

 

… et décentrez

Si vous alignez au lieu de centrer, c’est très bien.

Mais l’astuce ultime est de faire sortir de temps en temps quelque chose du cadre : photo qui déborde dans la marge, rotation de l’image…

C’est ce qui va donner du dynamisme à votre mise en page.

image-photo-haut-bas-habillage

photo-image-haut-bas-habillage

photos-haut-bas-page

N’ayez pas peur du vide, bien au contraire ! Outre le texte et les images, un 3élément est fondamental : le blanc.

Faites respirer votre mise en page !

 

photos-marges
Ici, toutes les photos se trouvent dans la marge mais l’une d’elles « bouscule » le texte. Notez que la marge extérieure est plus large que dans les exemples précédents, histoire que les photos ne se réduisent pas au format timbre-poste.

 

mise-en-pages-photos-colonnes
La photo de droite est inclinée, afin de donner du dynamisme à cette double page.

J’en profite pour vous dire que si vous voulez un livre assez large (dans l’exemple ci-dessus, 21 cm, c’est-à-dire la largeur d’une feuille A4), prévoyez de répartir le texte sur deux colonnes. C’est ce que font les journaux, par exemple.

Pourquoi ? Parce que lorsque les lignes de texte sont trop longues, les yeux se fatiguent. Eh oui 🙂

 

2. Recadrez, agrandissez…

Recadrez vos photos pour mettre certains éléments en valeur (ci-dessous, les visages des personnages) ou pour supprimer les détails superflus.

photos-haut-mise-en-page

 

photo-image-détourage-habillage
La photo du bébé a été détourée pour faire ressortir le visage. Avec un bon logiciel de retouche et un peu d’entraînement pour prendre le coup de main, ce n’est pas si difficile à réaliser.

 

Agrandissez les photos auxquelles vous voulez donner de l’importance ou quand cela est nécessaire pour la lisibilité. Cela paraît évident mais…

NB : pour être agrandie sans perdre en qualité, votre image doit avoir une résolution d’au moins 600 ppp/dpi.

photo-fonds-perdus-double-page
Un procédé que vous pouvez utiliser de temps en temps pour mettre en valeur une photo : celle-ci s’étend sur les deux pages ; la colonne de texte est réduite en conséquence. Bien sûr, veillez à ce qu’aucun élément important de l’image ne se trouve pris dans la reliure.

 

Vous pouvez aller jusqu’à mettre une photo en pleine page :

photo-fonds-perdus

Pour être certain que l’image aille jusqu’aux bords de la page malgré le massicotage de l’imprimeur, vous devez la laisser dépasser de 5 mm de chaque côté. C’est ce que l’on appelle les fonds perdus.

image-photo-fonds-perdus
Pour faire des mises en page à fonds perdus, vous avez besoin d’un logiciel avancé comme Scribus (gratuit) ou InDesign.

 

3. Jouez avec les contrastes

 

contraste-dimension-photos-mise-en-page
Ici, un double contraste : une grande photo à côté d’une petite, et une photo noir et blanc à côté d’une photo couleur.

 

photo-image-mise-en-page-contraste
Une photo à l’horizontale à côté d’une photo à la verticale.

 

images-contraste-photos-mise-en-page
Une présentation plus dynamique que si toutes les photos étaient de la même taille !

 

photo-encadree
Autre possibilité : le contraste entre la photo (ici, agrémentée d’un cadre) et le blanc tout autour. Plus il y a de blanc autour des images, plus celles-ci sont en valeur. NB : avez-vous noté l’idée de variante pour placer la légende, sur la photo elle-même ?

 

4. Jouez la variété… en gardant l’harmonie

Si vos photos se trouvent toujours au même endroit d’une page à l’autre, une monotonie s’installe et le lecteur s’ennuie… Variez le rythme !

Inversement, pour que votre livre ne parte pas « dans tous les sens » et conserve une certaine unité, répétez de temps en temps un ou deux effets graphiques que vous avez déjà utilisés : par exemple, une image qui déborde dans la marge, une photo en médaillon ou une légende inscrite sur la photo elle-même comme ci-dessus (mais toujours écrite avec les mêmes caractères).

Cela assurera une cohérence à votre ouvrage, une harmonie.

 

5. Photos au fil du texte ou regroupées ?

Au fait, vous vous demandez peut-être si les photos doivent être insérées au fil du texte ou regroupées dans un cahier central.

Les éditeurs optent souvent pour le cahier central. Ainsi, toutes les photos sont imprimées sur du papier dit « glacé », qui assure une meilleure qualité de reproduction.

À vous de voir, mais sachez que vos photos peuvent être imprimées correctement sur du papier non glacé (lisez l’article Quel papier choisir pour imprimer votre livre ?).

Et puis, je trouve plus agréable et intéressant d’avoir des photos insérées au fur et à mesure du texte. Surtout si vous en avez beaucoup !

 

6. Faites votre mise en page dans le format final

Cela semble évident. Mais bien souvent, vous avez tendance à faire votre mise en page sur un fichier A4, le format par défaut proposé par Word et d’autres logiciels.

Mais quelles seront les dimensions de votre livre une fois fini ?

Une fois que vous les avez choisies, attribuez-les à votre fichier. Ainsi, vous ferez votre mise en page en visualisant l’ouvrage tel qu’il sortira de chez l’imprimeur.

Comment changer le format de votre fichier ?

  • Cliquez sur l’onglet Mise en page, puis dans la partie inférieure droite du groupe Mise en page.

mise-en-page-word

La boîte de dialogue ci-dessous s’ouvre alors :

marges-document-page-fichier-word

 

  • Passons au format du papier.
    Choisissez A5 si vous voulez faire simple et économique.
    Vous pouvez aussi choisir « Taille personnalisée » et indiquer la taille souhaitée pour la largeur et pour la hauteur.

format-papier-document-fichier-page-word

 

7. C’est à vous !

Trouvez de l’inspiration et exercez votre œil en observant la mise en page des livres de votre bibliothèque ou de votre librairie.

Essayez de reproduire certains effets sur votre logiciel et amusez-vous ! Expérimentez, testez, vous ne risquez strictement rien 🙂

Pour mettre un livre en pages, il faut parfois se creuser pour trouver comment placer harmonieusement les photos près du texte qui les concerne.

Mais c’est un jeu qui vaut la peine !

Quelles questions vous sont venues à l’esprit en lisant cet article ?
Je vous attends dans l’espace commentaires !

[/emember_protected]

 

8 réponses sur « Secrets de mise en page : où placer les photos dans votre biographie ? »

J’aime les mises en page que tu proposes, Hélène, dynamiques mais surtout… simples et lisibles. Car le défaut que nous avons souvent, nous autres débutants, c’est le syndrome dit du « sapin de Noël » : trop de polices, trop d’effets différents sur le texte, des cadres à gogo… tout ceci en oubliant que la forme est là pour mettre valeur le fond et non pas pour le noyer.
Sinon au sujet de regrouper ou pas les photos… comme toi évidemment, je préfère les photos insérées au fil de l’eau. Mais au-delà du support, une page de texte avec photo (sauf si elle est en niveaux de gris), ça coûte le prix d’une impression couleur et c’est vite le double d’une page en noir et blanc… Je pense que c’est pour ça aussi que certains éditeurs sont parfois tenter de les regrouper dans un cahier.

Oui, il faut éviter l’effet sapin de Noël qui clignote en tous sens 😉

Même si certains cahiers photo comportent, il me semble, uniquement des images noir et blanc, tu as tout à fait raison pour le prix de l’impression en couleur. C’est un élément qui compte ! J’en profite pour mettre un lien sur le coût de l’impression : http://www.helenesoula.fr/prix-pour-faire-imprimer-un-livre/

Merci pour ton commentaire, Sylvaine 🙂

MichelGoffindit :

Un tout grand merci pour vos publications. Je les apprécie pour la richesse des infos et leurs qualités structurées.
Vivement les prochaines

Amicalement, Michel

Merci, Michel.

Je dois dire que je bataille parfois pour parvenir à structurer !

D’ailleurs, réussir à articuler tout ce que l’on veut dire est aussi un défi courant quand on écrit son histoire personnelle ou familiale.

Mais dans ce cas encore, cela vaut la peine de se creuser sans avoir peur de faire et refaire : lorsqu’on arrive à quelque chose qui tient debout, c’est un vrai plaisir !

J’espère en tout cas que ce blog vous aide à avancer dans votre projet 🙂 A bientôt !

Merci, des idées géniales de mise en page… il ne reste plus qu’à s’exercer pour les mettre en pratique, sans s’énerver si possible! La patience n’est pas ma qualité principale…
Cordialement
Catherine

Merci Catherine et bienvenue.

Oui, ça ne vaut pas le coup de s’énerver ! Pour ma part, je m’arrête dès que je commence à me crisper… pour mieux y revenir ensuite 😉

Bonne fin de semaine dans le Couserans !

Cet article est très riche : MERCI. Je vais le potasser à fond.
Christian Cotineau

A potasser et à mettre en pratique, pour le plaisir de créer des pages avec vos propres textes et photos 🙂

A bientôt, Christian !

Les commentaires sont fermés.