Ecrire un livre sur votre vie : 7 conseils fondamentaux + 1

Si vous aimez cet article, pourquoi ne pas le partager ? Merci !Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

écrire livre vie autobiographie conseils

Les incontournables pour une autobiographie qui marque vos lecteurs…
et 1 bonus d’organisation !

 

1. Que voulez-vous écrire exactement ? Votre vie entière ou seulement une époque, un épisode, un aspect de votre vie (l’amour, le travail, la maladie, la spiritualité, etc.) ? Votre livre sera-t-il général ou aura-t-il un thème particulier, plus fort ?

 

2. Le plus important, ce ne sont pas les faits, les événements. D’après vous, que veulent surtout savoir vos lecteurs ? Sans doute ce que vous avez ressenti, pensé, les choix que vous avez faits et pourquoi. Qu’avez-vous appris, comment avez-vous évolué ?

 

3. Ne mentez pas, n’enjolivez pas sciemment pour donner une image idyllique de vous-même ou de votre entourage. On ne vous croira pas !
Inversement, n’écrivez pas votre autobiographie pour régler des comptes…

 

4. N’essayez pas d’imiter un auteur, n’essayez même pas de « faire écrivain ». Soyez vous-même : au-then-ti-que.

 

5. Quand vous écrivez, activez tous vos sens. Essayez de vous souvenir et de retranscrire les sons, les odeurs, les goûts, les sensations tactiles et les détails visuels. Couleurs et matières des vêtements, bruit matinal du moulin à café (les moins de 40 ans ne pourront pas comprendre !), senteurs de campagne…

Grâce à ces tableaux sensitifs, vos lecteurs se plongeront eux aussi dans la scène ou l’atmosphère.

 

6. Montrez, soyez concret. Votre mère était d’un tempérament froid et distant ? Comment cela se traduisait-il dans les mots, la voix, les postures physiques, le visage, les comportements et autres habitudes… ?

Là encore, c’est de cette façon que vos lecteurs peuvent ressentir ce que vous avez vécu. Et un lecteur qui ressent est un lecteur heureux !

 

7. Mettez toutes les chances de votre côté pour vous faire comprendre. Personne ne peut être dans votre esprit. Sans compter que l’époque a changé, les manières de vivre et de penser aussi. Bref, ce qui est évident pour vous ne l’est pas toujours pour les autres.

Il vaut donc mieux utiliser les mots les plus justes, parler du contexte, préciser qui est qui : tout le monde ne saura pas forcément qui est ce Louis ou cette Mme Dumoulin dont vous parlez page 51 (ou 128) !

Astuce : ce sera plus facile de vous pencher là-dessus au moment de la relecture, quand vous aurez davantage de recul.

 

8. Est-ce que vous avez remarqué qu’on parle d’objectifs pour tout ? Je trouve cela parfois pénible… Il n’en reste pas moins qu’avoir une intention claire et précise nous aide à réaliser ce que nous désirons.

Ma recommandation : fixez-vous un objectif quotidien simple et raisonnable, comme écrire 15 minutes par jour, 500 mots/jour (cet article compte 429 mots) ou 2 pages/jour. En écrivant 2 pages par jour, vous avez un manuscrit de 150 pages au bout de 3 mois !

 

Si vous aimez cet article, pourquoi ne pas le partager ? Merci !Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

6 réflexions au sujet de « Ecrire un livre sur votre vie : 7 conseils fondamentaux + 1 »

  1. Bonsoir,

    Meilleurs vœux pour l’année nouvelle et d’avance un très joyeux réveillon !
    Pour commenter votre article, je souhaiterais signaler que les choses sont loin d’être aussi simples. En effet, j’aime écrire, j’écris environ cinq pages par jour en moyenne ( parfois moins, parfois plus, suivant l’humeur du moment et le temps dont je dispose) et pourtant, ô grand dam, je n’ai jamais réussi à écrire un livre…Mes idées sont toujours décousues et peut-être trop liées à l’instant T qui passe difficilement, sans me mettre ensuite dans une émotion tout à fait blanche…presque coupée alors de mes ressources créatives…Pourtant l’envie est là d’aboutir à un texte fini, mais il me semble toujours que je m’égare, l’urgence étant de coucher sur le papier autre chose que cet écrit que j’avais plus ou moins planifié . Avez-vous quelques conseils Hélène ?
    Merci infiniment

    • Bonjour Vanessa

      merci pour votre message et meilleurs voeux à vous pour cette nouvelle année !
      J’ignore ce que vous aimeriez écrire, mais je me demande (en me trompant peut-être ; dites-moi) si vous ne vous bridez pas en essayant de suivre un « modèle » : un livre sous forme d’histoire complète avec un début, un milieu et une fin. C’est le modèle que nous avons en tête aujourd’hui. Pourtant, les ouvrages sous forme de fragments ou de journal (sans parler des recueils de poésies ou de nouvelles) sont eux aussi des « textes finis », tout aussi nobles.

      Je vous conseillerais volontiers de suivre votre pente. Et si, du moins pour le moment, vous aviez besoin d’écrire de la manière dont vous le faites ? « instant T/humeur du moment » plutôt que livre planifié. C’est peut-être en essayant d’écrire autrement que vous vous égareriez ?

      Quel livre satisfaisant pour vous pourriez-vous créer à partir de ces textes quotidiens ?

  2. Je me lance… à tout hasard… j’essaie d’écrire depuis très longtemps, la matière y est, un vécu lourd, riche… dont j’ai su analyser l’essence et à 63 ans je découvre encore des « fantomes » dans nos placards familiaux et leur implication dans la trame de mon vécu et celui de notre grande famille. Je ne veux pas écrire « ma vie » bien qu’elle ne soit pas banale, mais aucune vie ne l’est je pense. Mais « Une Vie » et son tracé si particulier. L’écriture m’a permis de me libérer de douleurs trop lourdes et a comblé la grande Solitude, la lecture m’a permis d’apprendre, de comprendre, de voyager aussi. Mais je bloque. Je commence et je n’en finis plus de commencer. Il y a tant à dire. Je pense qu’il y a un facteur psychologique à l’origine de ces blocages… voilà… j’aurais au moins écris ces quelque lignes aujourd’hui. merci de les avoir lu Hélène

    • Et j’en lirais d’autres bien volontiers 🙂
      Ce qui me vient à l’esprit en découvrant votre message, c’est qu’on aimerait parfois écrire des textes dont la forme serait complète (« il y a tant à dire ») et parfaite dès le premier jet, ce qui peut nous pousser à recommencer encore et encore. Mais je ne sais pas si cela vous « parle » ? Dites-moi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *